Climat des affaires : le commerce de détail et les services broient du noir

Le climat des affaires s'est assombri en juin, selon l'Insee. Une dégradation qui s'explique avant tout par un moindre optimisme dans les secteurs du commerce de détail, des services et du bâtiment. A l'inverse, les chefs d'entreprise dans l'industrie sont un peu plus optimistes.


L’économie française aborde la période estivale sans grand enthousiasme et le gouvernement devra assurément en tenir compte au cours des prochains mois. Selon l’Insee en effet, « le climat des affaires en France s’assombrit quelque peu » au mois de juin. L’indicateur calculé par les statisticiens publics pour synthétiser ce climat cède deux points. Et se retrouve à un niveau qui est proche de celui qui était le sien un an plus tôt. Le climat de l’emploi, lui, se dégrade encore pour le troisième mois consécutif.

Le détail des données publiées par l’Insee ce jeudi fait apparaître aussi que pour l’heure, l’impact de la crise internationale qui touche l’Hexagone n’est pas ressenti de la même manière par tous les chefs d’entreprise. Il coupe la France en deux : la relative confiance en l’avenir des patrons de l’industrie contraste en effet avec la morosité affichée de leurs confrères du commerce de détail, des services et aussi, dans une certaine mesure, de ceux du bâtiment.

Pessimisme dans le commerce de détail

Dans l’industrie, « tous les soldes d’opinion relatifs à la production (…) sont en hausse en juin », résume l’Insee . Et même les tensions inflationnistes semblent relativement moins pesantes :  le solde d’opinion sur l’évolution prévue des prix de vente qui avait atteint un niveau jugé « inédit » le mois précédent se replie un peu. Mais il « demeure très élevé », souligne l’Insee.

La situation est très différente dans les autres secteurs d’activité. C’est notamment dans le commerce de détail que les patrons broient du noir. « L’opinion des détaillants sur les perspectives d’activité pour les trois prochains mois se détériore : le solde relatif aux perspectives générales d’activité du secteur diminue et passe au-dessous de son niveau moyen. Les soldes d’opinion sur les intentions de commandes et les ventes prévues diminuent nettement eux aussi et s’éloignent de leur moyenne », explique l’Insee.

Côté prix, peu de changement en vue alors que l’inflation atteint ces derniers mois des niveaux inconnus depuis les années 1980 . Le solde d’opinion des chefs d’entreprises sur l’évolution des prix prévus « se replie légèrement mais reste à un très haut niveau », explique l’Insee. Ce qui risque bien de continuer à freiner la consommation, alors que les soldes d’été viennent de démarrer .

Même morosité dans les services. « Les soldes d’opinion sur les perspectives générales d’activité du secteur et sur la demande prévue se replient nettement », indiquent les statisticiens publics. Et côté prix, la tendance est toujours à la hausse.

Une amélioration en trompe-l’oeil dans le bâtiment

Reste le cas un peu particulier du bâtiment. D’un point de vue général, le climat des affaires s’y améliore légèrement. Mais cette amélioration est à relativiser.

Elle tient avant tout au fait que l’activité des trois derniers mois du secteur s’avère meilleure qu’anticipée. Par contre, « ils sont nettement moins optimistes sur leur activité prévue », explique l’Insee.


Like it? Share with your friends!

myspotvip

Lorsque vous vous inscrivez et vous recevrez les meilleures offres de MySpotVip et vous recevrez également un guide d'ÉPARGNE.
Préparez-vous pour les offres VIP les plus exclusives et uniques!