Le taux de chômage quasi stable au deuxième trimestre

Le taux de chômage est ressorti à 7,4 % de la population active en moyenne, en hausse de 0,1 point, a annoncé l'Insee ce vendredi matin. Il reste inférieur de 0,8 point par rapport à fin 2019.


Le taux de chômage a fait du surplace au deuxième trimestre. Il est ressorti à 7,4 % de la population active en moyenne entre fin mars et fin juin, a annoncé l’Insee ce vendredi, pour concerner 2,3 millions de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT, +23.000). Il reste en baisse de 0,8 point par rapport à fin 2019, c’est-à-dire avant la crise du Covid.

Dans le détail, le taux de chômage des jeunes a augmenté de 1,3 point, à 17,8 %. Il est resté quasi stable pour les 25-49 ans (+0,1 point) à 6,7 %, et a diminué pour les 50 ans ou plus à 5,2 % (-0,3 point). Les autres indicateurs font tous peu ou prou du surplace. C’est le cas du taux d’emploi des 15-64 ans, à 68 %, ou encore du taux d’activité à 73,5 % (+0,1 point) à un plus haut historique. 

Pour rappel, les effectifs du privé ont augmenté de 102.000 au deuxième trimestre , selon une estimation encore provisoire de l’Insee qui dépasse de très loin la prévision de fin juin. Intuitivement, cette quasi stabilité des indicateurs sur le deuxième trimestre est donc un peu une surprise. Changement de tendance ou aléa statistique ?

« Ne pas surinterpréter »

« C’est une petite variation qu’il ne faut pas surinterpréter. Les petites variations sont significatives quand elles se cumulent sur longue durée, un an ou plus », modère le chef de la division synthèse et conjoncture du marché du travail de l’Insee, Sylvain Larrieu.

Pour lui pas de doute : les différentes sources, enquête emploi pour mesurer le taux de chômage ou données administratives issues de la DSN pour le nombre d’emplois salariés, convergent : « Le marché du travail est très dynamique depuis deux ans », assure-t-il.

Réforme de Pôle emploi

Pour parvenir au plein-emploi, objectif fixé par Emmanuel Macron d’ici à la fin de son quinquennat, c’est-à-dire un taux de chômage de 5 % environ, le gouvernement compte sur une réforme du fonctionnement de Pôle emploi et de tous les intervenants en charge des chômeurs ou des bénéficiaires du RSA. C’est le projet France travail dont on ne connaît que les grandes lignes . Une concertation est censée démarrer à la rentrée pour en définir les contours.

Une autre réforme, de l’assurance-chômage celle-là, est prévue à l’agenda pour faire sorte que les règles d’indemnisation collent aux cycles économiques : plus dures en période de croissance, plus généreuses en cas de retournement de conjoncture. 


Like it? Share with your friends!

myspotvip

Lorsque vous vous inscrivez et vous recevrez les meilleures offres de MySpotVip et vous recevrez également un guide d'ÉPARGNE.
Préparez-vous pour les offres VIP les plus exclusives et uniques!