Pass sanitaire : la SNCF promet des contrôles « massifs »… mais pas systématiques

La direction du groupe public annonce des contrôles « partout et à tout moment », mais il faudra composer avec les contraintes matérielles. En interne, le pass sanitaire obligatoire concernera quelque 5.000 agents.


COVID 19 Deconfinement Rennes train station 10th of may 2020 The stations find a little life, with the resumption of mainline trains, before the daily trains, Monday, May 11. In stations, markings on the ground guide travelers. The flows of those entering and those leaving are separated. Trains to Paris were 45% full 1,300 people were traveling to the capital on Sunday, Parisians gradually returning to the capital for the May 11 deconfinement. Illustration passengers, SNCF staff at Rennes station, Sunday May 10 afternoon. Les gares retrouvent un peu de vie, avec la reprise des trains grandes lignes, avant les trains du quotidien, lundi 11 mai. Dans les gares, des marquages au sol guident les voyageurs. Les flux de ceux qui entrent et de ceux qui sortent sont separes. Les trains pour Paris etaient remplis a 45 1300 personnes voyageaient vers la capitale ce dimanche, les parisien retournant peu a peu vers la capitale pour le deconfinement du 11 mai. Illustration voyageurs, personnels de la SNCF en gare de Rennes, dimanche 10 mai apres midi.//PATTIERMATHIEU_1.1508/2005101949/Credit:Mathieu Pattier/SIPA/2005101952

Les voyageurs qui emprunteront un TGV ou un train Intercités à partir du début du mois d’août sans disposer d’un pass sanitaire en règle pourront difficilement passer entre les mailles du filet. C’est en tout cas ce qu’assure Christophe Fanichet, le numéro 2 de la SNCF, qui a annoncé jeudi des « contrôles massifs » dès que la mesure entrera en vigueur.

Ces vérifications auront lieu à l’embarquement, mais également à bord du train, et même à l’arrivée, a expliqué le dirigeant sur l’antenne de RTL. « On va faire des contrôles partout et à tout moment », a-t-il résumé.

La carte de la dissuasion

Si le propos se veut dissuasif, le choix du vocabulaire est important, et « massifs » ne veut pas dire systématiques. « Cela aurait été tout simplement impossible, pointe Didier Mathis, secrétaire général de l’Unsa-Ferroviaire. Il peut y avoir jusqu’à 1.200 passagers dans un TGV Ouigo à deux rames, jusqu’à un millier dans les TGV classiques… Vérifier tous les pass sanitaires aurait été l’assurance d’un départ avec au moins une heure de retard. »

Prise comme tout le monde au dépourvu par les annonces d’Emmanuel Macron le 12 juillet , la SNCF a ensuite informé l’exécutif qu’un examen systématique du pass sanitaire nécessiterait de revoir à la baisse le nombre de trains en circulation. Une option qui a très vite été écartée par le gouvernement.

Renforts de police

L’entreprise publique prévoit que l’essentiel des vérifications se fera lors de l’accès au train. Les contrôleurs pourront être appuyés par les agents SNCF qui travaillent dans la gare, mais aussi par la police ferroviaire (Suge). Des renforts de police ont été demandés, et devraient également être déployés, au moins lors des grands week-ends de pointe. Les passagers qui ne seront pas en règle ne pourront pas embarquer.

Des vérifications à bord seront effectuées de manière aléatoire par les contrôleurs, avec parfois, en appui, des agents de la Suge, prévoit la SNCF. Cela supposera que ceux-ci montent dans des trains longue distance, alors que leur mission les cantonnait jusqu’ici aux gares et aux lignes régionales. L’amende en cas d’infraction sera de 135 euros.

La motivation des contrôleurs sur cette nouvelle mission est loin d’être acquise. « Ils ne sont pas du tout emballés », confie un de leurs collègues. Sur le plan pratique, le terminal qui permet de vérifier les billets est compatible avec TousAntiCovid Verif, mais jongler sans cesse entre les deux applications ne s’annonce pas simple.

Un chantier sensible en interne

L’entreprise publique doit composer avec un autre chantier épineux en interne : l’application du pass sanitaire obligatoire pour une partie de ses salariés à partir du 30 août. Les syndicats ont été reçus le 20 juillet par le DRH François Nogué pour obtenir des précisions sur ce sujet.

Les agents concernés au sein du groupe public sont les contrôleurs et les agents de la Suge, soit 4.000 à 5.000 agents, rapporte Didier Mathis. S’y ajoutent les personnels chargés du nettoyage des rames et de la restauration ferroviaire, qui sont gérés par des prestataires externes, soit 6.000 personnes en tout.

Les conducteurs ne sont pas concernés. Mais comme ils utilisent régulièrement le train en tant que passagers, pour les besoins du service notamment, nombre d’entre eux devront, eux aussi disposer d’un pass sanitaire.

De nombreux points restent à préciser, à commencer par la date d’entrée en vigueur des contrôles, qui dépend de l’évolution des débats au Parlement. Le week-end du 31 juillet-1er août est exclu, au grand soulagement de la SNCF, qui redoutait de roder ce dispositif lors du plus grand chassé-croisé de l’année. Mais une application le week-end suivant n’est pas à écarter.


Like it? Share with your friends!

myspotvip

Lorsque vous vous inscrivez et vous recevrez les meilleures offres de MySpotVip et vous recevrez également un guide d'ÉPARGNE.
Préparez-vous pour les offres VIP les plus exclusives et uniques!